Centre National de Danse Contemporaine - Angers

CONTACT

Centre national de danse contemporaine - Angers
17 rue de la Tannerie
BP 50107
49101 Angers cedex 02
Tel +33 2 44 01 22 66
www.cndc.fr
contact@cndc.fr

Centre National de Danse Contemporaine - Angers

DIRECTION ARTISTIQUE NOÉ SOULIER

Créé en 1978 avec Alwin Nikolais, le Centre national de danse contemporaine d’Angers devient un CCN en 1984. Institution unique dans le champ chorégraphique, il réunit dans un même lieu un centre de création chorégraphique, une école supérieure de danse contemporaine et une programmation danse. Depuis le 1er juillet 2020, le CNDC est dirigé par Noé Soulier. Il porte un projet chorégraphique global qui unit les différentes dimensions du CNDC : créative, pédagogique et curatoriale.

Noé Soulier développe une recherche chorégraphique à la fois conceptuelle et intensément corporelle. Dans son travail, l’analyse critique ne s’oppose pas à l’expérience physique, mais elles s’impliquent et se renforcent mutuellement. Sa recherche chorégraphique renouvelle l’approche du mouvement, du corps et de la composition à partir d’une réinterprétation de l’héritage chorégraphique des dernières décennies. Elle comprend une dimension théorique, développée dans le livre Actions, mouvements et gestes, centrée sur l’élaboration d’outils méthodologiques permettant de réinterpréter les évolutions récentes de la chorégraphie et de démultiplier les manières d’en faire l’expérience. Sa pratique corporelle pousse dans leur retranchement et reconfigure certaines dimensions fondamentales de l’approche du mouvement, du corps, du temps ou de l’espace. Noé Soulier développe ainsi une pensée chorégraphique à la fois corporelle et discursive où les dimensions conceptuelles et sensorielles sont en interaction constante.

Cette pensée chorégraphique est au cœur du projet pédagogique. L’École du CNDC place l’acte créatif au centre de l’enseignement. Les principes de mouvements présents dans les pratiques chorégraphiques les plus récentes ne sont pas encore explicités. De même, les évolutions contemporaines de la composition et les problématiques politiques, poétiques et conceptuelles que posent les créations d’aujourd’hui ne sont pas encore théorisées. Le processus pédagogique est ici pleinement créatif, car le savoir à transmettre ne préexiste pas à sa transmission. Il doit être co-construit dans et pour la transmission par les intervenant·e·s et par les étudiant·e·s. Le programme pédagogique ne distingue pas les étudiant·e·s se destinant à être chorégraphe et ceux·celles visant une carrière d’interprète. Les changements extrêmement rapides du champ chorégraphique ont vu ces catégories devenir de plus en plus mouvantes et poreuses. Cette évolution constante demande une formation centrée sur les problématiques et les savoir-faire qui structurent le champ chorégraphique sur le long terme. Quelles que soient les évolutions à venir, la réflexion sur la chorégraphie en tant qu’organisation d’événements dans le temps et l’espace ou l’approche des pratiques chorégraphiques comme une multiplicité de modes de rapport au corps ne deviendront pas obsolètes. Elles peuvent nourrir d’innombrables expérimentations dans les médiums, formats, contextes et pratiques de demain.

La dimension curatoriale du CNDC est elle aussi abordée comme un projet artistique, qu’il s’agisse de la programmation, du soutien aux artistes ou de l’éducation artistique et culturelle. La programmation vise à faire apparaître les problématiques chorégraphiques qui unissent des œuvres liées à des esthétiques et des contextes extrêmement divers. Le soutien aux artistes est abordé comme un dialogue qui leur permet de s’emparer des différentes dimensions du CNDC : résidences de création, ateliers, carte blanche sur la programmation. L’éducation artistique et culturelle est centrée sur le développement d’outils qui permettent de partager la culture chorégraphique. Qu’il s’agisse de la structure géométrique de la danse classique, de l’approche mécanique du mouvement chez Trisha Brown ou d’un rapport hétérogène aux différentes parties du corps chez William Forsythe, l’accès à ces informations transforme radicalement l’expérience des œuvres pour la rendre à la fois plus intense et plus jouissive. À nouveau, cette transmission est une création, dans la mesure où ces outils de regard n’existent pas encore. Le CNDC accueille artistes et chercheur·se·s pour les faire advenir.

Toutes les informations détaillées sur le CNDC et ses activités sur le site internet www.cndc.fr.

Renseignements et réservations : 02 44 01 22 66 / contact@cndc.fr

NOÉ SOULIER

Le travail de Noé Soulier explore la chorégraphie et la danse à travers des dispositifs multiples. Dans des projets conceptuels comme le livre Actions, mouvements et gestes ou la performance Mouvement sur mouvement, il analyse et décrit différentes manières de concevoir le mouvement qui visent à démultiplier l’expérience du corps. La série de pièces chorégraphiques incluant Removing, Faits et gestes, Second Quartet pour la compagnie L.A. Dance Project ou sa dernière création Les Vagues, tentent d'activer la mémoire corporelle des spectateur·rice·s avec des mouvements qui visent des objets ou des événements absents et qui suggèrent par la même plus qu’ils ne montrent.

L’exposition chorégraphiée Performing Art, créée au Centre Pompidou, renverse quant à elle la position habituelle de la danse dans l’espace du musée en chorégraphiant l’installation d’une sélection d’œuvres de la collection par des accrocheurs professionnels sur scène.

Né à Paris en 1987, Noé Soulier a étudié au CNSM de Paris, à l’École Nationale de Ballet du Canada, et à PARTS – Bruxelles. Il a obtenu un master en philosophie à l’Université de la Sorbonne (Paris IV) et participé au programme de résidence du Palais de Tokyo : Le Pavillon. En 2010, il est lauréat du premier prix du concours Danse Élargie, organisé par le Théâtre de la Ville et le Musée de la danse. Noé Soulier a pris la direction du CNDC d’Angers le 1er juillet 2020.

ORGANIGRAMME

Noé Soulier - Directeur
Marion Colléter - Directrice adjointe
Sylvie Richard - Administratrice
Manon Prévost-Ruffini - Chargée d’administration
Amélie Coster - Directrice pédagogique
Christian Cheyrouse - Coordinateur pédagogique
[En cours de recrutement] - Directeur·trice de la production, de la diffusion en charge de la communication
Emma Audichon - Chargée de production et de diffusion 
Marion Ecalle - Secrétaire générale
Gildas Esnault - Responsable du service éducatif et des publics
Anne-Marie Page - Responsable de l’accueil
Arnaud Hie - Directeur du patrimoine et de l’information documentaire
Sandra Bony - Chargée des résidences et assistante à la programmation
Lautaro Prado - Chargé de l’entretien
François Le Maguer - Directeur technique
Alain Cherouvrier - Technicien son
Benjamin Aymard - Technicien lumières

INFRASTRUCTURE

 

· Le Quai
Studio de création : 20 m x 21 m (7,5 m sous grill) – jauge : 100 places
Studio 1 : 12 m x 12 m – jauge : 45 places
Studio 2 : 12 m x 12 m – jauge : 19 places
Studio 3 : 12 m x 12 m – jauge : 19 places

· Studios des Abattoirs
Grand studio : 12,6 m x 17,6 m (7 m sous grill) – jauge : 75 places
Petit studio : 12 m x 13 m – jauge : 19 places

· Studios André Moine
Grand studio : 8,45 m x 16 m - jauge : 19 places
Petit studio : 8,45 m x 11 m - jauge : 19 places